Publié le Laisser un commentaire

Comment soigner l’engorgement chez le cheval ?

Les antérieurs d'un cheval sur le sable d'une plage à marée basse. Les tendons sont couverts d'argile cavasso

L’engorgement est un symptôme. Les causes varient qui peuvent entraver la joie de vivre et fragiliser la santé de nos équidés. Quels sont les indices ? Comment soulager les jambes du cheval ? Pourquoi l’argile et comment l’utiliser ? En quoi les algues renforcent elles son action ? Bref, c’est le printemps. La compétition pour les uns, l’herbe verte pour les autres… Zoom sur le drainage des tissus.

Un gonflement anormal des membres du cheval

On parle d’engorgement lorsque les membres inférieurs du cheval présentent un gonflement suspect. Généralement située au niveau de l’articulation du boulet et des tendons, l’enflure touche parfois le jarret. Dans certains cas infectieux, l’engorgement peut remonter jusqu’au fourreau ou la mamelle.

Du point de vue clinique, l’engorgement est un œdème créé par l’accumulation de liquide lymphatique dans la partie inférieure du corps. Parce qu’il signale un problème, il doit être pris au sérieux.

Immobilité, inflammation, infection… Les causes de l’engorgement chez le cheval

Éviter l’inactivité, chasser l’ankylose !

Toute entrave au mouvement (station prolongée en boxe, vieillissement, canicule…) risque de provoquer un défaut de retour veineux. La lymphe s’accumule dans les tissus inférieurs sous l’effet conjugués de la gravité et d’une mauvaise circulation sanguine. Une alimentation trop riche aggrave le phénomène.

Souvent, le cheval présente un épaississement symétrique aux antérieurs et/ou aux postérieurs sans marquer de douleur ou de boiterie. L’altération disparaît après quelques minutes de marche. 

Fatigue, inflammation et traumatisme

En compétition, la répétition d’efforts physiques intenses favorise l’apparition des œdèmes. Tendons gras, mollettes noyées… Les tissus engorgés signalent une fatigue de l’organisme qui peine à récupérer. 

Autre cas de figure : un gonflement asymétrique et localisé, conséquence d’un choc, d’une entorse voire d’une lésion. La zone est souvent douloureuse, accompagnée d’une boiterie.

La lymphangite : d’origine infectieuse

La lymphangite est une inflammation des vaisseaux lymphatiques due à une contamination bactérienne. Elle se déclare plus généralement sur un membre postérieur. Le gonflement peut atteindre des proportions alarmantes, rapidement. Plaie, piqûre, irritation cutanée… Autant de portes d’entrée pour les bactéries. 

La lymphangite est une affection particulièrement douloureuse. Négligée ou mal soignée, elle peut basculer en atteinte chronique, déformer ou handicaper le membre atteint. 

Que faire en cas d’engorgement de mon cheval ?

Cerner la cause ! En dehors d’un coup de fatigue lié au travail ou à l’âge, il est prudent de consulter un vétérinaire. Cela dit, et selon les circonstances, des gestes simples peuvent apporter un soulagement, comme : 

  • Marcher régulièrement un cheval qui manque d’espace ou d’activité ;
  • Doucher à l’eau froide. Utiliser un jet doux pour masser le membre endolori ;
  • Laver avec un savon antiseptique et bien sécher ;
  • Poser un emplâtre astringent et drainant ;
  • En cas de choc, refroidir à l’aide de glace (bottes spéciales, sous-bandes réfrigérées…) ou d’un baume rafraîchissant comme le Cryogène Cavasso ;
  • Après un effort, poser des bandes de repos ;

L’entorse et la tendinite se soignent avec du repos. Sur avis vétérinaire, les cataplasmes d’argile aident à contrebalancer la restriction de mouvement. Une lymphangite sera traitée par voie médicamenteuse. L’intervention d’un vétérinaire est requise dès les premiers symptômes.

Le mélange algues-argile : une potion magique pour les jambes du cheval

Les algues brunes et l’argile sont des ressources naturelles aux vertus éprouvées. Combinées, elles stimulent le drainage et renforcent les structures internes. Les soins prêts à l’emploi comme la Pâte Algues Argile Cavasso agissent à plusieurs niveaux pour résorber les œdèmes, favoriser la récupération, nourrir les tissus et prévenir les blessures.

Pour les chevaux sujets aux engorgements, l’idéal est d’adopter une gestion préventive :  programmer des cures de jouvence à intervalle régulier. Pour les membres sollicités, soumis à des efforts intenses ou inhabituels (compétition, long trajet, sol médiocre…), l’argile enrichie en actifs marins est un remède quasi miraculeux.

Le pouvoir drainant de l’argile

L’argile est une roche sédimentaire employée depuis l’Antiquité pour ses propriétés astringentes. Appliquée sur la peau sous forme d’emplâtre, elle agit comme une éponge en absorbant les liquides inflammatoires retenus dans les tissus lors des engorgements, hématomes, entorses, tendinites et contusions. Le drainage élimine les toxines et réduit l’inflammation. Utilisée en prévention, l’argile facilite la récupération.

La composition des argiles varient selon leur provenance. Elles ont en commun ce pouvoir absorbant et antalgique. Mais certaines, comme la montmorillonite, aident à la cicatrisation. D’autres comme le kaolin sont hémostatiques. A l’heure du développement durable, face au regain d’estime pour les solutions locales et naturelles, l’argile offre une réponse saine et simple à de nombreuses problématiques. 

La richesse minérale des algues laminaires

La thalassothérapie moderne a vu le jour à Roscoff en 1899 sous l’impulsion du Docteur Louis-Eugène Bagot. Il scénarise un parcours de soin à base d’eau de mer et de dérivés marins (algues et boues marines) pour soulager les douleurs. Depuis, la recherche a révélé l’exceptionnel teneur en minéraux et oligo-éléments des algues et sédiments marins. Véritable booster de vitalité, ce cocktail transite par la peau pour nourrir l’organisme en profondeur. Chez l’homme comme chez le cheval !

Longue et brune, récoltée dans les prairies sous-marines de la mer d’Iroise, l’algue laminaire est emblématique des soins en thalassothérapie. C’est l’enveloppement marin par excellence, celui qui stimule le métabolisme et vous remet sur pied. Elle est réputée pour son remarquable effet décongestionnant. Drainante, détoxifiante, anti-inflammatoire, antalgique, Laminaria renforce les propriétés de l’argile verte. En cataplasme, c’est un soin puissant !

Les sels marins sont déconseillés sur les plaies. La Pâte Algues Argile Cavasso ne doit pas être posée sur une peau abîmée ou blessée.

Tirer le meilleur parti d’un cataplasme d’algues-argile

L’argile absorbe les fluides en séchant. Appliquez un emplâtre épais (en deux couches) et laissez agir à l’air libre. Sous les bandes de repos, l’argile soulage à condition de pouvoir sécher. Utilisez du papier absorbant pour protéger les bandes (surtout pas de film alimentaire). 

Dès que le cataplasme est sec, retirez-le à l’aide d’un jet d’eau froide. Maintenez une faible pression et le jet dirigé verticalement. Votre cheval profite ainsi d’un massage qui resserre les tissus et améliore la circulation sanguine. 

A noter que les actifs marins libèrent leurs bienfaits en 2 heures. Le soin n’a pas besoin d’être posé plus longtemps pour être performant. Nous conseillons de ne pas dépasser 12 heures de pose.

Une fois l’argile retirée, séchez les jambes avec une serviette éponge. C’est indispensable en cas de plaie ou de micro lésions cutanées. 

En saison de compétition, la Pâte Algues Argile Cavasso favorise la préparation et la récupération. Elle donne du confort aux vieux chevaux. Elle contribue à entretenir la souplesse des articulations. Elle draine les engorgements, limite leur apparition et réduit les tares molles. Elle calme les petites et grandes inflammations. Prête à l’emploi, facile à utiliser, elle participe au bon fonctionnement locomoteur de votre cheval, quel que soit ses besoins, tout au long de sa vie.

Laisser un commentaire